Document sans nom
2P2M Patrimoine et musées en pays du Montreuillois
   
 

|Choissisez un thème
| Choissisez une publication
| Toutes les publications
Document sans nom
Les partenaires - Les liens - Contact
Haut de page
Document sans nom
 
Le réseau Les musées Publications Recherches Agenda  
 
  Publications
  Peintres australiens à Etaples
 
  Peinture
  Peintres australiens à Etaples

La peinture australienne est méconnue en France. On ignore tout de Tom Roberts, d'Arthur Streeton et de Fredeick McCubbin...pour ne citer que des impressionnistes, ceux dontles oeuvres recueillent généralement les faveurs du public. En parler exige de préciser le fonds culturel d'où elle émerge et l'on comprend alors les raisons dela venue des artistes en europe, leur parcours artistique. Eux-mêmes posent parfois leurs pinceaux et prennent la plume pour nous raconter leurs aventures à paris, à Etaples "in Picardy". Car comme tant d'autres artistes, les peintres australiens n'ont pas échappé à l'attraction d'un littoral proche de Paris et des académies.

Vers 1900, le continent australien est peuplé de quelques millions d’habitants et le nombre d’artistes qui viennent en France est surprenant : on en compte près d’une trentaine pour la seule ville d’Etaples. Certains, des voyageurs, ne font que passer ; d’autres tels Arthur Baker Clack, Rupert Bunny, Isobel Rae, Hilda Rix, Marie Tuck s’attardent et le séjour à Etaples marque un moment important de leur carrière. Des « War Artists », commissionnés par le gouvernement australien pour « peindre la guerre », témoignent du grand cataclysme qui, en 1914, met un coup d’arrêt à l’activité artistique locale. Les « très riches heures » de l’école d’Etaples ont vécu.

Rien ou presque ne demeurait sur place.  En  Australie, quelques tableaux d’Etaples sont conservés dans les collections publiques. En France et en Angleterre, les œuvres dorment dans les collections privées. Cinq années de recherches permettent de se faire une juste idée des genres abordés et des styles pratiqués. Des influences aussi, entre Américains et Australiens notamment. La langue anglaise partagée par deux peuples pionniers n’est pas étrangère à certaines « affinités électives ».  Rupert Bunny fréquente les Koopman, Hilda Rix, est amie des Van der Veyden et voyage dans le Maroc avec Herny Tanner. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
Disponibilité: Oui
 
Imprimer